2011

Du flou dans le tendu, de l’animal dans le minimal, de la chair pour le béton.

Entamer une conversation avec l’espace.
Rendre l’invisible bavard.
Faire du corps, des gestes ; des signes. Tenter de révéler les liens qui unissent la figure humaine et l’espace en développant un langage corporel où chaque posture, chaque geste, sont autant de mots portés à la bouche du lieu.
Des images qui prennent leurs sources dans le réel et qui, par l’utilisation de la superposition des clichés donnent à voir des corps transparents, comme décalqués sur les bâtiments, pour appuyer la forme, la soutenir, lui donner un espace pour exister, un lieu pour se raconter. Pour faire du corps le décor de l’architecture.

Tirages jet d'encre sous diasec contrecollés sur aluminium / châssis aluminium

Format 20 x 20 cm